Archives des tags :

Medef

Comment éviter la faillite de l’Agirc-Arrco et pérenniser les retraites complémentaires ?

Ce mardi 17 février, à 14h30 au siège du Medef à Paris, les huit partenaires sociaux gestionnaires de l’Agirc-Arrco s’élanceront pour un premier tour de piste où chacun fixera ses objectifs et ses limites. Il faudra attendre la deuxième, voire la troisième rencontre pour qu’un texte commence à s’élaborer. C’est fin juin que l’on saura si un texte trouvera des signataires.

« L’enjeu est majeur. Il en va de l’avenir du système de retraites complémentaires », explique Patrick Poizat, négociateur CFTC. Mais la négociation s’annonce « extrêmement compliquée », selon plusieurs négociateurs interrogés par l’AFP et il y a urgence à sauver le régime des cadres.

Comment on en est arrivé là ?

C’est une question arithmétique. Il faut gérer :

  • l’arrivée massive à la retraite des papy boomers et le versement des pensions complémentaires, versées en 2013 à près de 12 millions de personnes
  • la réduction de la masse des cotisations due au chômage et les cotisations acquittées par plus de 18 millions de salariés et leurs employeurs

En 2013, les syndicats et le patronat avaient déjà pris des mesures pour pallier la dégradation des finances. Mais le naufrage du système par répartition est imminent.

L’Agirc (cadres, 1,24 milliard d’euros de déficit en 2013) et l’Arrco (tous les salariés du privé, 405 millions de déficit) disposent aussi de réserves financières, pour faire face aux déséquilibres temporaires. Mais ces réserves pourraient être épuisées dès 2018 pour l’Agirc, 2027 pour l’Arrco.

Les deux régimes, en déficit depuis 5 ans, versent chaque année « plus de pensions qu’elles ne perçoivent de cotisations », rappelait en décembre la Cour des comptes pour qui une amélioration du solde des régimes de 5,5 milliards dès 2018 « semble raisonnable », mais « rien ne doit être interdit » pour y parvenir.

Quelles sont les pistes pour sauver les retraites complémentaires ?

Les partenaires sociaux arrivent armés d’une solide boîte à outils, peaufinée depuis près d’un an à travers des projections financières demandées par les uns et les autres.

  • L’âge de départ à la retraite

« Il n’y a pas 50 solutions », tranche Jean-Pierre Crouzet, président de l’UPA : « Ca ne peut se traduire que par un allongement de l’âge de départ ». Cette hypothèse sera d’emblée rejetée par les syndicats, qui refusent de servir de cheval de Troie pour les retraites de base.

« Comme la borne d’âge est un sujet tabou », il ne devrait pas trouver sa place dans la négociation, selon Geneviève Roy de la CGPME.

  • Un abattement des retraites complémentaires ?

Les discussions devraient se porter sur des abattements, portés par le Medef. Concrètement, l’actif qui partirait à la retraite à 62 ans toucherait sa pension de base dans son intégralité. Toutefois, il percevrait pendant une durée à définir (un, deux, cinq ans) une retraite complémentaire amputée.

La mesure reste douloureuse. Or, « il ne s’agit pas d’appauvrir les uns pour soulager les autres. Le pouvoir d’achat des uns et des autres est tout aussi important que le fait par exemple qu’on n’augmente pas les cotisations », ajoute Geneviève Roy.

  • Un hausse des cotisations Agirc ?

Les syndicats sont eux justement plutôt partisans d’une hausse des cotisations Agirc et estiment qu’il est « hors de question de baisser le niveau des pensions ».

La réversion constitue notamment « un point de grande fâcherie », prévient Jean-Pierre Poizat. Il défend « la nécessité de maintenir des régimes de réversion qui permettent aux conjoints survivants de recevoir une pension d’un niveau décent », la plupart d’entre eux n’ayant pas forcément le niveau de droits directs pour assurer eux-mêmes ce niveau.

CFTC comme CGPME refusent en bloc « la mise sous condition de ressources », une mesure « inenvisageable ».

Il va donc falloir panacher les solutions pour parvenir à un accord qui puisse, comme le souhaite FO, « conforter le modèle à deux niveaux : retraite de base et retraite complémentaire, seul garant contre la tentation d’un régime unique, voire universel, forcément réducteur de droits ».

D’après un sondage Odoxa pour Les Echos et Radio classique mardi, une large majorité de Français (55%) dit craindre une faillite des régimes de retraite complémentaires.

@nouvelobs.com

Les premières pistes de la réforme des retraites

Le processus de réforme est à peine engagé que déjà les pistes envisagées promettent de faire des vagues. La Commission pour l’avenir des retraites va proposer dans un rapport remis la semaine prochaine de mettre à contribution les retraités, les actifs, les entreprises et les fonctionnaires, ont indiqué ce mardi des sources syndicales, confirmant des informations du Figaro.fr. «C’est la boîte à outils, mais le gouvernement devra choisir et prendre ses responsabilités (…). Cela va être chaud», a commenté un syndicaliste auprès de l’AFP.

Commandé par Jean-Marc Ayrault à l’ancienne présidente du Conseil d’orientation des retraites, Yannick Moreau, ce rapport détonne par ses prises de position qui n’épargnent personne pour remettre à flot le système à court terme. La haut-fonctionnaire a donné oralement quelques grandes lignes aux syndicats, qu’elle a reçus individuellement lundi. Revue de détail des propositions.

Lire la suite +

retraite à 65 ans

Medef : l’âge du départ à la retraite devrait être repoussé à 65 ans

Pierre Gattaz, l’un des favoris dans la course à la présidence du Medef, a estimé vendredi que l’âge du départ à la retraite en France devrait probablement être repoussé à 65 ans, voire au delà.

«On n’accepterait pas d’augmenter encore le poids des cotisations des retraites. Il faudra faire quelque chose, sans doute augmenter l’âge de départ à la retraite, sans doute à 65 ans dans une première étape», a-t-il déclaré sur Europe 1.

L’entrepreneur a souligné que «tous les pays avaient augmenté l’âge de départ à la retraite» alors que les partenaires sociaux devraient ouvrir une nouvelle négociation sur les retraites à l’automne pour réformer le régime menacé par un déficit de 20 milliards d’euros à l’horizon 2020.

Lire la suite +

«Des efforts seront demandés à tous les Français»

La ministre de la Santé et des Affaires Sociales Marisol Touraine a prévenu dimanche que des « efforts » seront demandés à « tous les Français » pour la prochaine réforme des retraites et déclaré que la question de la durée de cotisation devait « être examinée ». « Il nous faudra trouver des mesures de financement à court terme, ces mesures supposeront des efforts de la part de tous les Français, il faut qu’ils soient justement répartis », a déclaré la ministre sur le plateau du Grand jury RTL-LCI-Le Figaro.

Lire la suite +

Le chantier sur la réforme des retraites va commencer dès le 27 février

Le chantier des retraites est bel et bien lancé. Matignon a annoncé dans un communiqué l’installation dès le 27 février de la commission pour l’avenir des retraites. Le groupe d’expert sera présidé par Yannick Moreau. Rattachée au Conseil d’Etat, la future présidente connaît bien le sujet puisqu’elle a été de 2000 à 2006 à la tête du Conseil d’orientation des retraites (Cor).

Des délais réduits

La feuille de route est simple : la commission devraformuler différentes pistes de réforme des retraites à plus ou moins long terme. Les conclusions devront être remises dès le printemps pour préparer la concertation avec les partenaires sociaux, l’objectif étant pour le gouvernement de pouvoir engager le chantier dès la rentrée afin d’aboutir à une réforme avant la fin de l’année.

Lire la suite +

Réforme des régimes de retraite complémentaire Arrco et Agirc

Les 6 et 14 février prochains, les syndicats de salariés et le patronat vont se réunir pour finaliser la réforme des régimes de retraite complémentaire Arrco et Agirc. Objectif : garantir leur équilibre financier, ce qui passe par un sérieux coup de rabot sur les pensions. Tour d’horizon des principales mesures en discussion.
Montant des pensions, âge légal de la retraite, pension de réversion… L’ordre du jour s’annonce chargé pour les syndicats, qui doivent décider d’ici le 1er avril 2013 de mesures conservatoires pour garantir l’équilibre financier des régimes de retraite complémentaires. Pour résoudre ce casse-tête, ils négocient sur la base d’un projet d’accord rédigé par le Medef. Ce document de travail est pour l’instant loin de faire l’unanimité. Celui-ci prévoit en effet des réformes qui promettent d’entailler sérieusement les pensions de retraite. Explications.
Désindexation des pensions retraite

Désindexation des pensions retraite et hausse de la cotisation employeur

Patronat et syndicats, gestionnaires des régimes de retraites complémentaires Arrco et Agirc, cherchent des solutions financières pour sauver ces régimes. Le Medef propose de désindexer la revalorisation des retraites complémentaires par rapport à l’inflation: en 2013, la revalorisation des retraites serait inférieure de 1,5 point à celui de l’inflation, puis inférieure de un point les années suivantes jusqu’en 2017. Une hausse de la cotisation employeur de 0,1 point est également sur la table.

Les pensions de retraites complémentaires Arrco (salariés) et Agirc (cadres) seront-elles revalorisées comme d’habitude le 1er avril prochain ? Rien n’est moins sûr. Patronat et syndicats se retrouvaient ce mardi au siège du Medef pour une troisième séance de négociation pour « sauver » ces régimes dont la situation financière est chancelante. Le temps presse maintenant pour 11 millions de retraités concernés qui se demandent à quelle sauce ils vont être mangés. Car il y a le feu. Si rien n’est fait, le déficit Agirc-Arrco dépassera les 10 milliards d’euros en 2017. Et les réserves financières seraient épuisées dès 2017 pour l’Agirc et en 2020 pour l’Arrco.

Lire la suite +

Flash Retraite

Focus sur…