Toute l'Actualité des Retraites

Blog


Retarder l’âge de la retraite permettrait d’augmenter le nombre d’emplois

Le ministère des Finances (la direction du Trésor) nous explique que si l’on augmente l’âge de la retraite pour le porter de 62 ans à 64 ans, à compter de 2017, le PIB augmenterait de 1,4 point. Cela fait 30 milliards d’euros, à long terme. On pourrait par ailleurs tabler sur 200.000 emplois supplémentaires par année de report de la retraite, c’est-à-dire 400.000 au total pour le pays si l’on passait à 64 ans.

On peut vraisemblablement croire à une telle conclusion, qui va à rebours de l’intuition. Plus il y a de gens au travail, plus on crée des emplois. C’est la fameuse formule d’Alfred Sauvy : « Le travail des uns créé le travail des autres ». Des seniors en emploi, qui perçoivent des revenus de leur activité (plus élevés que ceux de la retraite), cela fait plus de croissance, et donc plus d’emplois pour les autres. À l’inverse, l’idée fausse, qu’on a longtemps crue en France, c’est qu’il suffirait de faire partir les seniors à la retraite plus tôt pour libérer les places pour les jeunes. La meilleure preuve, c’est que les pays européens qui ont le taux d’emploi des seniors les plus élevés – la Finlande ou l’Allemagne, par exemple – ont aussi le taux de chômage des jeunes le plus faible.

Cela veut dire que la retraite tardive ne crée pas de chômage, mais qu’elle le diminue au contraire. Même si en réalité les effets de cette mesure se décomposent en deux temps, nous dit Bercy.L’effet immédiat est bien négatif. Parce que les seniors, faute de pouvoir accéder à leur retraite, sont contraints de rester sur le marché du travail, au chômage. C’est ce qu’on a observé en France après la réforme de 2010. Depuis cette réforme, le chômage des plus de 50 ans a bien augmenté, fortement. Entre mai 2012 et aujourd’hui, il est passé de 600.000 à 900.000 personnes.

Mais dans le même temps, on commence aussi à voir poindre les effets positifs, au-delà des effets comptables, sur les comptes de l’assurance-retraite. Le taux d’emploi des 55-64 ans a, par exemple, augmenté de plus de deux points sur la seule année 2014, pour atteindre presque 48%. C’est le taux le plus élevé depuis 1975, même s’il reste largement inférieur à la moyenne européenne.

Combien de temps faut-il attendre pour voir les effets positifs l’emporter ? Le temps que les entreprises s’adaptent, pour proposer aux seniors des postes aménagés, et dans le travail lui-même, et dans les horaires, voire pour les salaires. Il faudrait aussi que le système de formation suive, pour proposer de nouvelles carrières à ceux qui ont 45 ou 50 ans.

PAR FRANÇOIS LENGLET, LOÏC FARGE
 
 

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Flash Retraite

Focus sur…